Les lieux d'intervention et les équipes

Les équipes sont pluri-disciplinaires :
- Educateurs spécialisés
- Assistants sociaux
- DEFA (Diplômés d'Etat aux Fonctions d'Animateur)

 



SECTEUR DE CAUDEBEC-LES-ELBEUF



Présentation du secteur :


  • Composition de l’équipe :

    3 Travailleurs sociaux (2 femmes, 1 homme)

  • Lieu d’accueil de l’A.P.R.E. :

    • Résidence « La Mare aux Bœufs »
      Porte n°128 - 9 Impasse des Vestiges
      02.35.78.62.68


Les caractéristiques des quartiers :


Un petit rappel historique


La commune de Caudebec-Lès-Elbeuf s’est développée en matière d’habitat après la seconde guerre mondiale.

Implantée en limite de Caudebec-Lès-Elbeuf, la cité de la Chesnaie a vu sa première tranche d’immeubles construite en 1952 et sa dernière fut mise en chantier en 1960. Proche de la Chesnaie, la Grâce de Dieu est devenue propriété de la SA HLM de la région d’Elbeuf en 1990. Plusieurs réhabilitations ont vu le jour depuis. La zone pavillonnaire de la Porte Verte, en accession à la propriété, a été mise en construction en 1982. La résidence La Mare aux Bœufs est le dernier grand ensemble collectif mis en chantier à partir de 1984.

Ce sont des quartiers assez excentrés, loin des commerces. Toutefois, on peut noter que le centre commercial Leclerc de Saint-Pierre-Lès-Elbeuf est proche de la Porte Verte et qu’un Lidl est installé entre la Chesnaie et la Grâce de Dieu.

La commune compte plus de 10 000 habitants sur Caudebec-Lès-Elbeuf.



SECTEUR DE CLEON


Présentation du secteur :


  • Composition de l’équipe :

    3 Travailleurs sociaux (2 femmes, 1 homme)

  • Lieu d’accueil de l’A.P.R.E. :

    • Quartier Cléon Lacroix – Immeuble Jean Cocteau
      02.35.77.70.39
      Interventions au Centre Social Boby Lapointe


Les caractéristiques des quartiers :

Depuis trente ans, il existe une équipe de l’A.P.R.E. sur la commune de Cléon. Cette commune de 6 042 habitants s’est développée autour de l’industrialisation du bassin d’Elbeuf, notamment de l’industrie automobile, qui a suivi le déclin et la mort de l’industrie textile dans la région.

D’un habitat pavillonnaire diffus, avec des hameaux bien marqués et de grandes zones agricoles, la cité a évolué vers une concentration de logements collectifs HLM autour desquels se sont bâties des zones pavillonnaires, en conservant de vastes étendues dédiées à l’agriculture.

Aujourd’hui, le parc de logements occupés est constitué à 54% de logements HLM.

On peut distinguer assez schématiquement cinq grands quartiers sur la commune :

  • le quartier des Fleurs-Feugrais, essentiellement constitué de la cité HLM du même nom et d’une partie de la cité des Feugrais attenante, coupé du reste de la commune par une voie à grande circulation, la CD7,
  • le quartier des Peintres et des Sculpteurs, réunissant un habitat HLM collectif et un habitat pavillonnaire, du même côté de la CD7 que le quartier précédent, mais plus proche du centre ville,
  • le quartier Lacroix, s’étendant de l’église au CD7, est constitué de trois groupes de logements HLM collectifs (Foyer Stéphanais, les Oliviers, les Cinéastes),
  • le quartier de la mairie, vaste zone d’habitat pavillonnaire où l’on retrouve les services, les écoles…,
  • le hameau de Bédanne, très éloigné du centre de Cléon, caractérisé par un habitat ancien et constituant avec le Bas-Cléon la base historique de peuplement de la commune, autour des activités agricoles et fluviales (pêche et batellerie).

La commune de Cléon présente un tableau assez délicat vis-à-vis des différents indicateurs socio-économiques de pauvreté et de précarité :


  • le taux de chômage est particulièrement élevé, notamment chez les jeunes. Il est à associer à un chômage de longue durée particulièrement fort chez les plus de 50 ans ;
  • parmi les jeunes de 15 à 24 ans sortis du système scolaire, 1 sur 3 n’a obtenu aucun diplôme, contre 1 sur 4 en Seine-Maritime ;
  • les Cléonnais vivent de plus en plus sous des régimes d’emplois précaires et de temps partiels ;
  • le taux de bénéficiaires du RSA. est à l’instar de celui de l’agglomération de 50% supérieur à celui du département ;
  • le nombre de familles monoparentales s’est accru de 25% entre les deux recensements en même temps que l’on assistait à une augmentation significative du nombre d’enfants dans ces familles…

Cléon est une commune jeune. Un Cléonnais sur trois a moins de 20 ans (35,8 %), ce qui constitue le chiffre le plus élevé de l’agglomération elbeuvienne, même si cette proportion tend à diminuer au regard de l’augmentation de la population âgée, augmentation qui constitue une règle nationale.

L’équipe éducative de l’A.P.R.E., présente sur Cléon, dispose d’un local dans la cité des Cinéastes, plus exactement au rez-de-chaussée de l’immeuble Cocteau. C’est là qu’elle organise ses activités régulières (soutien scolaire, entretien individuel, organisation de sorties, organisation de soirée à thèmes…), qu’elle tient ses permanences d’accueil et qu’elle peut recevoir les personnes qu’elle rencontre sur la commune et qui manifestent le désir de s’entretenir avec elle dans un lieu plus intime que la rue, ou moins intime que leur domicile.

Toutefois, les personnes accueillies ne relèvent pas du seul quartier de Cléon-Lacroix, mais de l’ensemble de la commune, qu’elles se présentent spontanément ou que l’équipe les rencontre au gré de son travail de rue ou bien d’activités dans d’autres structures (exemple : gym au Centre Social Boby Lapointe).



SECTEUR DE SAINT-PIERRE-LES-ELBEUF


Présentation du secteur :


  • Composition de l’équipe :

    • 1 Travailleur social

  • Lieu d’accueil de l’A.P.R.E. :

    • Nous accueillons notre public :
      Local rue Edith Piaf, Résidence Marie Samson
      02 35 78 45 29


Les caractéristiques des quartiers :

Au dernier recensement, la commune a 8 400 habitants. L’équipe éducative intervient sur l’ensemble du territoire de la commune, leurs actions sont assez diffuses. Ceci s’expliquant par le fait que la jeune population est très mobile et que la précarité n’a pas de « frontière », elle ne s’arrête pas aux pieds des immeubles. Cependant, quelques sites se distinguent : la résidence des Tilleuls, le centre ville, la résidence de l’Oison ou encore le quartier du Maréchal Leclerc.

Les populations côtoyées rencontrent des difficultés de différents ordres : précarité des familles, difficultés dans l’éducation de leurs enfants (relations conflictuelles…), grande détresse morale, isolement, exclusion, chômage des jeunes, manque de qualification, échec scolaire, difficulté à accéder à un logement…



SECTEUR DE OISSEL


Présentation du secteur :


  • Composition de l’équipe :

    • 4 Travailleurs sociaux (2 femmes, 2 hommes)

  • Lieu d’accueil de l’A.P.R.E. :

    • Vosges : 4, place des Vosges
      02.35.65.38.00

    • Landaus : 30, rue Pierre Sémard
      02.35.65.17.77


Les caractéristiques des quartiers :

Oissel est une ville de 11 053 habitants fortement marquée par l’activité industrielle. Son habitation s’est développée autour des usines au cours du 19ème siècle puis plusieurs cités de logements sociaux ont été construites dans la deuxième moitié du 20ème siècle, principalement destinés à loger les ouvriers.

Cette ville compte aujourd’hui un parc important de logements sociaux et se compose de quartiers plutôt hétérogènes.

Le diagnostic de territoire a souligné une paupérisation de la population osselienne des problèmes de délinquance et un isolement des familles. Toutefois, une dynamique locale existe au niveau des habitants.