Les activités

Axes d'intervention (voir « projets de territoire »)



Parentalité


L’APRE pilote deux groupes de parole :

Le groupe Trans'Parents à Oissel et le groupe PAR’ENVOL sur l’agglomération d’Elbeuf.

Ce sont des groupes de Parole pour les parents qui se retrouvent un mardi soir par mois pour échanger autour de leurs difficultés de parents mais aussi leurs joies.

Chacun de ces groupes a également pour objectif de s’ouvrir aux autres parents mais aussi à leurs enfants. L’objectif visé est de requalifier la fonction du parent, ce qui nécessite de laisser une place à la personne en reconnaissant ses qualités.

Différentes actions évènementielles sont aussi mises en places telles que les soirées débat, le Théâtre Forum.

Qu’est-ce qu’un Théâtre Forum ?

Mise en scène de saynètes jouées dans ce cadre par les parents de Par’Envol ou de Trans’Parents sur des thèmes ou des situations de vie qui les touchent.

Ces saynètes sont écrites par le groupe d’acteurs et construites de manière à faire réagir le public, afin de solliciter les personnes à monter elles-mêmes sur scène et modifier de fait le déroulement de la saynète.

Cela demande aux acteurs une certaine capacité d’adaptation.




Chantiers éducatifs


L’APRE développe depuis de nombreuses années des chantiers éducatifs en faveur des jeunes à partir de 16 ans.

En échange de quelques heures de travail, le jeune bénéficie d’un contrat de travail et d’une rémunération au SMIC horaire avec un bulletin de salaire.

Les chantiers sont développés toute l’année, d’une durée variable, ils ne s’adressent pas au même public :

Les chantiers compris entre 12 et 14 heures de travail par semaine sont majoritairement développés durant les vacances scolaires avec un temps fort l’été. Les jeunes de 16 à 18 ans bénéficient en général de ces chantiers. Ces chantiers nous permettent de garder un œil sur l’ensemble des jeunes de nos communes d’intervention et plus particulièrement sur ceux qui ne sont pas en rupture mais en potentialité de l’être.

Les chantiers compris entre 18 et 35 heures de travail par semaine sont majoritairement développés en faveur des jeunes entre 18 et 25 ans, en grande difficulté, sortis du système scolaire.

Les équipes éducatives de l’APRE encadrent directement les chantiers avec les jeunes les plus en difficulté.

Les chantiers éducatifs sont régis par la circulaire DGEFP du 29 juin 1999.

Ce projet vise plusieurs objectifs :

Que le jeune :

  • Acquiert des éléments de socialisation contribuant à une meilleure insertion sociale et professionnelle.
  • Fasse une expérience de travail qui le confronte aux exigences inhérentes à un emploi (respect des règles, des horaires, des consignes…) tout en le soutenant éducativement.
  • Gagne de l’argent « honnêtement »
  • Prenne des responsabilités, des initiatives.
  • Se valorise, mette en avant ses savoir-faire. Expérimente le travail en équipe.
  • Découvre ses capacités, identifie ses limites et ses compétences.
  • Prenne conscience de sa proximité avec l’environnement institutionnel ; change son regard sur l’environnement et se l’approprie.

Pour les équipes éducatives de prévention spécialisée de l’APRE, les chantiers leur permettent de :

  • Aller à la rencontre des jeunes en difficulté et de créer un lien éducatif.
  • Passer du temps avec les jeunes dans une relation d’échange réciproque (savoir-faire technique)
  • Renforcer le partenariat et le travail en réseau entre les acteurs ayant des missions éducatives en direction des jeunes.



Vacances familles


Les vacances familles sont un projet développé du 1er juillet au 31 août et visent à accompagner des familles en vacances, en camping sur la Côte Normande.

Les familles passent en général d’une semaine à 15 jours avec leurs enfants et le soutien accru des équipes éducatives (transport, nuits sur place…)

Objectifs des « Vacances Familles » :

  1. Permettre à des parents de partir en vacances avec leurs enfants, et ainsi de réaliser un projet en commun.
  2. Passer du temps avec les familles en dehors du quartier et dans un contexte de vacances : mieux connaître chaque individu de la cellule familiale et le fonctionnement de celle-ci ; approfondir la relation avec l’équipe ; travailler la problématique repérée durant l’année.
  3. Donner la possibilité aux familles d’accéder à des activités pendant leurs vacances.
  4. Mutualisation des familles connues par chacun des travailleurs sociaux.
  5. Soutenir les relations entre les différents membres de la famille, avec les autres vacanciers, avec les voisins du quartier…
  6. Donner les moyens aux familles de réussir leurs vacances, étant donné que celles concernées par ce projet ne sont jamais parties ou depuis longtemps. Pour les familles en situation de précarité, l’idée même de vacances ne va pas de soi. Il faut informer, guider, inciter, soutenir l’idée de changement possible (lieu, repères, habitudes).

Nous continuons de souligner que ces séjours sont :

  • Un outil de médiation, de socialisation,
  • Un support à la relation,
  • L’aboutissement d’un travail sur l’année,
  • La rencontre avec de nouvelles familles.

C’est aussi un temps d’observation, d’échanges, d’émergence de la parole. Ces moments de détente permettent à ces familles de créer des relations avec des gens nouveaux et parfois issus de toutes les catégories sociales.

Les campings sont des lieux de rencontre de toutes les couches sociales, ils créent de la mixité sociale. Les familles ne sont pas stigmatisées, elles sont anonymes, font simplement partie du groupe des campeurs, il en va de même pour les enfants.

Ce projet valorise fortement les parents, tant dans leur relation aux éducateurs que vis-à-vis de leur environnement social (ce statut de vacanciers favorise une relation d’égalité vis-à-vis des autres familles sur les lieux de vacances). Mais aussi d’un point de vue familial, ce cadre des vacances permet de partager des moments de loisirs parents-enfants, une vie de famille plus stable et plus riche en échanges. Parents et enfants passent beaucoup plus de temps ensemble et dans une ambiance plus détendue.

L’intérêt de ces relations informelles est de « libérer la parole » des personnes. Celles-ci partagent plus facilement leurs difficultés, leur joie et abordent parfois même, sans s’en rendre compte, des problèmes très douloureux qui perturbaient jusqu’alors leur vie quotidienne. Cette parole permet une mise à distance de ces difficultés, de là naît parfois le besoin de poursuivre cette relation au-delà du séjour des vacances.

Ce projet offre à l’équipe éducative la possibilité d’un travail différent avec les familles, favorise leur autonomie, approfondit la relation éducative et permet d’établir une relation de confiance durable, notamment avec les familles nouvelles.




Sorties à la journée et en soirée


Les Sorties ont 3 objectifs principaux :

  • Rencontrer de nouvelles personnes : Les sorties sont un bon support pour faire de nouvelles rencontres et susciter le lien qui peut permettre d’établir dans le temps une relation éducative.
  • Maintien du lien : Les sorties permettent de maintenir le lien avec les personnes, de renouer le contact.
  • Etre une alternative à l’aide éducative :Les sorties permettent d’observer, de rencontrer les personnes dans un contexte différent ; c’est parfois un complément à l’accompagnement individuel car elles permettent aux personnes de souffler, de prendre du plaisir. La relation qui se crée dans ces moments n’est plus centrée sur les difficultés mais sur le bien être, le plaisir, la convivialité. C’est aussi le passage de l’individuel au collectif.